Collège de Pont-Château
Collège de Pont-Château
Collège de Pont-Château
Collège de Pont-Château
Collège de Pont-Château

Collège de Pont-Château

Construction en conception / réalisation d’un collège public de 24 divisions extensible à 28 divisions,
à Pont-Château, secteur du Landas
concours mai 2014, non retenu
par GPAA

« La problématique majeure du projet réside dans sa capacité à s’adapter à différents scénarios d’évolution des effectifs : il doit permettre d’envisager tant l’extension du bâtiment sur son site que son transfert total sur un autre site. Cette problématique induit un mode constructif modulaire basé sur la préfabrication, et engage vers la recherche d’innovations techniques aptes à concilier dimension industrielle et qualité architecturale.

[…] Pour optimiser le potentiel de la construction modulaire, le projet s’installe selon une composition géométrique simple, qui s’appuie sur la trame constituée par les différents modules Cadolto et facilite leur assemblage.

La trame adoptée permet de répondre aux 3 types de salles de cours présentes dans le collège : les salles banalisées, les salles artistiques et les salles technologiques, qui diffèrent par leurs surfaces et leurs installations intérieures. Cette trame identique pour 3 fonctions différentes génère une même épaisseur pour toutes les parties du bâtiment, et garantit la souplesse de la modularité en permettant d’assembler facilement les salles quelle que soit leur destination.

Les divisions correspondant à des effectifs variables, l’installation doit permettre de passer de 24 à 28 ou 32 divisions, ou de revenir à 20 divisions et cela pendant que le collège est occupé. Pour répondre à cette demande de modularité, le projet s’installe comme un jeu de Lego, de manière à permettre l’extension du bâtiment vers le sud sans pénaliser le site.

La question de l’insertion possible du collège sur un autre site détermine l’installation et le matériau du projet : le bâtiment s’installe en U, et distingue ainsi un intérieur et un extérieur du collège. A l’extérieur, le bâti s’habille d’une matière métallique qui reflète le paysage : il est dès lors apte à s’intégrer dans tous les sites. A l’intérieur, cette même vêture métallique se colore, soulignant son autonomie par rapport au site. »