Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie
Libre cours à la Barberie

Libre cours à la Barberie

Étude prospective du quartier Breil-Barberie.
à Nantes
janvier 2011
avec Pauline Dilé et Anaïs Jacquard

Le quartier de la Barberie se situe à la limite de la ville de Nantes. Il est bordé par le Boulevard Robert Schuman. Cet axe est ponctué par divers temps d’arrêt: 50 Otages, le rond point de Rennes ou encore le pont du Cens.

L’embouchure de la rue Pierre Yvernogeau égale le meilleur de ses arrêts de par sa taille mais la profusion de signalétiques, son orientation vis à vis du boulevard et son cul de sac le discrédite.

Outre cette impasse, le site bénéficie de nombreux atouts qui sont balayés par l’opération de logements sociaux des « Collines du Cens » de 1975. Bien qu’aujourd’hui les locataires de Nantes Habitat ont laissés la place à des propriétaires, le site reste très lié à ce passé.
Le projet cherche ainsi à mettre en évidence puis permettre à ses atouts de se développer et d’évoluer. Le désenclavement du quartier débute par la création d’une réelle entrée qui mènera vers le cours Pierre Yvernogeau.

Ce cours permettra alors de faire émerger la forte concentration d’association, les abords du Cens, et son relief, ses trois écoles, son dérisoire skate parc mais pourtant tellement important et ses commerces de proximités.
Le remaniement des accès modifie le statut de la rue Pierre Yvernogeau en une grande scène urbaine, un cours d’entré de quartier, un parvis lieu à s’associer, échanger ou encore partager.
La mise en exergue des associations dévoile les atouts du quartier. La façade translucidité fonctionne tel un signal adressé au quartier. Un signal de rassemblement, de l’ouverture des commerces, du début du cour de danse, de gym ou du cours de peinture,…